Portrait : Comment je suis devenue spécialiste de l’inbound marketing

Clara, 24 ans, est comme dans un poisson dans l'eau dans son métier plein d'avenir. // © Photo fournie par le témoin
Clara, 24 ans, est comme dans un poisson dans l’eau dans son métier plein d’avenir. // © Photo fournie par le témoin
.

À 24 ans, Clara a fait le choix d’un cursus à l’étranger pour assouvir ses passions du commerce et du digital, réunies dans un nouveau métier d’avenir : l’inbound marketing.

9 heures, dans un grand bureau lumineux et ultra-moderne, au cœur de Dublin en Irlande. À peine arrivée, le premier réflexe de Clara, 24 ans, est le « monitoring » (l’écoute, ndlr) des réseaux sociaux, afin de mesurer l’e-réputation et les retombées publicitaires de son entreprise.

Après la réunion d’équipe hebdomadaire réalisée en visioconférence avec ses collègues des bureaux de Dublin, Berlin et Paris, elle s’attelle à la planification et à la production de contenus, images et vidéos, dédiés aux réseaux. Elle répond aussi à ceux qui interagissent avec la marque. Ses autres missions : la réalisation d’e-books destinés aux campagnes marketing.

La bosse du commerce

Élève moyenne, au collège et lycée Jeanne d’Arc de Gex (01), Clara, née d’un père français et d’une mère irlandaise, sait depuis toujours qu’elle travaillera un jour dans le commerce. Attirée par le monde de l’entreprise, « parce que les notions d’indépendance et de flexibilité [lui] plaisaient », ce sont principalement les langues (l’anglais, qu’elle parle à la maison, et l’espagnol) qui la passionnent durant sa scolarité.
Détestant les maths, adepte de l’histoire-géographie et de l’économie, elle s’oriente « par élimination » et elle atterrit en 1ère ES, et décroche son bac l’année suivante.

Lire aussi : Découvrez nos fiches métiers dans le secteur du marketing

Étudier le marketing à l’étranger : le choix de Dublin

Une année dans une école de marketing et communication lyonnaise, dont elle garde un mauvais souvenir, la pousse à quitter la France pour Dublin : « J’ai intégré pour trois ans la Dublin Business School, une école privée où j’ai opté immédiatement pour le marketing, option digital, sujet qui m’intéressait déjà beaucoup ». Dès la 1ère année, les matières sont très ciblées : comportement du consommateur, marketing stratégique, web marketing design et développement, ou encore, cloud computing. « Les profs étaient tous excellents, car ils étaient, en plus d’être des professionnels en activité, experts de la matière qu’ils enseignaient », précise Clara.

Le système anglo-saxon, elle en est fan : « Nous sommes encouragés, boostés en permanence, et accompagnés tout du long du cursus. Les profs veulent qu’on réussisse et qu’on donne le meilleur de nous-mêmes. L’écrémage n’existe quasiment pas : c’est culturel ! » affirme la jeune femme. Diplômée avec les honneurs, elle poursuit avec l’équivalent d’un master 2, à l’University College Dublin, en trois semestres. Là encore, elle décroche le « First Class Honors », synonyme d’excellence ! Seul bémol : les stages sont les grands absents du cursus. Pour y remédier, Clara prend l’habitude de venir tous les étés travailler en France.

Lire aussi : Étudier en Angleterre : « Londres, la ville de toutes les opportunités »

L’inbound marketing : un métier porteur et en constante évolution

À peine diplômée, elle démarre en tant que stagiaire (rémunérée) de marketing de contenus chez Hubspot, une société américaine éditrice de logiciels et leader dans la méthodologie de l’inbound marketing. « Attirer les clients, interagir avec eux et les fidéliser pour assurer une croissance réussie, sont les étapes-clés de l’inbound, et j’ai tout de suite intégré cela comme une évidence. »
Après neuf mois à diriger les contenus pour les réseaux sociaux et le blog en français de sa boîte, Clara décroche le poste de ses rêves : un CDI de responsable des campagnes de génération de « lead » (un « lead » est une personne qui, d’une façon ou d’une autre, a fait part de son intérêt pour les produits ou services d’une entreprise, ndlr), dédié au marché français, mais basé à Dublin.

Lire aussi : Comment je suis devenu conseiller stratégique en intelligence artificielle

Un travail « passionnant, stimulant et créatif, en constante évolution aussi », au rythme soutenu, qui lui permet « d’appréhender les différences culturelles grâce aux échanges avec les équipes basées sur tous les continents ». « Pierre angulaire pour qu’une entreprise se développe rapidement », l’inbound marketing représente pour Clara autant une passion que la crème des métiers porteurs.

Clara Landecy en 6 dates
14/08/1995 : Naissance à Genève en Suisse
Juillet 2013 : Bac ES
De 2014 à 2017 : Bachelor à la Dublin Business School
De janvier 2017 à juillet 2018 : Msc Marketing digital UCD Michael Smurfit Graduate Business School (Master 2)
Septembre 2018 : Stage marketing de contenu chez HubSpot, bureau de Dublin
Mai 2019 : Engagée comme Marketing manager chez HubSpot France

Formation :
Un cursus généraliste supérieur en communication, en marketing ou en informatique de type bac+2 à bac+5 dans une université ou une école de commerce est la base : la formation au web se poursuit généralement sur le tas. Les webmasters, webmarketeurs, les chefs de projet marketing digital et les chargés de référencement sont potentiellement aptes à devenir inbound marketeurs.
Salaire : de 40.000 à 45.000 euros brut par an.

 

Le lien :  https://www.letudiant.fr/metiers/metiers—portraits-de-pros/comment-je-suis-devenue-specialiste-de-l-inbound-marketing.html

Via @L’Etudiant.fr / Nathalie Helal  Publié le 

News

Laisser un commentaire

cinq × deux =