Portrait : Comment je suis devenu expert du logiciel InDesign®

Très tôt, Bryan, 23 ans, a su qu'il voulait travailler dans la création. // © Photo fournie par le témoin
Très tôt, Bryan, 23 ans, a su qu’il voulait travailler dans la création. // © Photo fournie par le témoin
.

Sa passion pour l’art et le dessin a conduit Bryan, 23 ans, à devenir un spécialiste de l’un des logiciels indispensables aux designers et aux éditeurs : InDesign®.

Au collège des Explorateurs de Cergy-le-Haut, dans le Val d’Oise (95), c’est d’abord la musique qui a bercé la scolarité de Bryan. Bon élève, à l’aise dans les matières scientifiques, il suit, de la 5ème à la 3ème, une classe orchestre, où les heures de solfège et d’instruments constituent des cours additionnels.

Une appétence marquée pour le design

Son appétence pour l’art et ses aptitudes en dessin le font remarquer de ses profs, qui lui conseillent une autre voie. C’est donc le lycée Camille Claudel de Vauréal (95), réputé pour sa filière design, qu’il intègre en seconde.
Grâce à des amitiés fortes nouées dès son arrivée, Bryan se sent d’abord comme un poisson dans l’eau, mais il peine ensuite en 1ère STD2A. « Autant ma seconde avait été ludique et basée sur la découverte, autant la 1ère m’a donné l’impression d’une succession de cours hyper intensifs et rigoureux », se souvient-il.

En terminale, le rythme s’accélère encore, et les professeurs relèvent leur niveau d’exigence. « Heureusement, ils étaient aussi attentifs à nos besoins et prenaient le temps de nous accompagner », poursuit Bryan, qui décroche son bac assorti d’une mention. Après avoir hésité entre les options « graphisme », « espace » et « produit », c’est finalement vers cette dernière spécialisation, enseignée dans son lycée en BTS, qu’il choisit de s’orienter.

Lire aussi : Comment devient-on designer ?

Du BTS au master 1 « Design de produit »

Méthodologie du design, histoire de l’art et du design et manipulation de différents logiciels de la suite Adobe® (Illustrator®, Photoshop® et InDesign® entre autres) font partie du cursus, de même que la maîtrise de la modélisation 3D, avec Rhinoceros 3D® et V-Ray. Sans oublier des cours de philosophie, « car le design est un pont entre la technique et l’individu », sourit Bryan.

Un premier stage de trois mois dans une agence d’édition d’objets située à Pantin (93) font passer le jeune homme de la théorie à la pratique : « Mise en page sur InDesign®, modélisation d’objets en 3D et beaucoup de retouche photo, ainsi que des rendez-vous avec des artisans et des sous-traitants, pour la réalisation des prototypes, et la recherche de fournisseurs, pour les matières premières », nourrissent son quotidien.

Lire aussi : Découvrez nos fiches métiers dans le secteur de la création – métiers d’art

Malgré sa proximité avérée avec l’artisanat, il souhaite approcher de plus près la conception du produit en amont, afin de mener un projet de manière plus globale. Pour y parvenir, il intègre un établissement de Strasbourg (67). Reçu sur dossier et sur entretien, il s’y consacre durant deux ans.
« J’ai adoré l’ensemble des cours, mais j’ai eu un faible pour le décryptage des images publicitaires et de propagande », raconte Bryan. Stagiaire durant sa première année dans une agence de post-production qui élabore des supports graphiques, et dont deux des principaux clients sont Canal + et TF1, il plonge « tête la première » dans InDesign®, par le vidéo-montage.

L’alternance comme champ des possibles

Diplômé de son master, Bryan achève son stage et décide de s’accorder une pause bien méritée. Elle prend fin en mai 2019, période à laquelle il est contacté par l’Institut parisien F2I, spécialisé en expertise digitale et développement informatique. « Ils m’ont proposé de devenir leur élève, en alternance, dès la rentrée 2019. J’ai accepté et je suis actuellement un cursus d’un an, qui me donnera un master 2 en expertise digitale fin 2020. »

Trois semaines par mois, comme le veut le rythme de son alternance, Bryan planche sur les éléments graphiques des projets internes à l’agence, spécialisée dans le B to B (business to business) des secteurs de la mobilité, de l’innovation et de la stratégie. Rigueur, autonomie, flexibilité et organisation sont, selon lui, les vertus indispensables à un bon expert InDesign® et designer produit. Sans oublier la créativité, à condition de savoir ajuster les contraintes. Grâce à InDesign®, « le Powerpoint des designers », comme il le surnomme, Bryan a tracé sa route.

Bryan Raphaël Silmar en 5 dates
8 juillet 1996 : Naissance à Conflans-Sainte-Honorine (78)
Juillet 2014 : Bac STD2A, mention assez bien
Juillet 2016 : Décroche son BTS Design de produit
De septembre 2016 à juin 2018 : master 1 en design de produit au lycée Technique Le Corbusier, à Strasbourg (67)
Septembre 2018 : Entame un master 2 expert digital en alternance

Formation
Le métier de designer produit peut être préparé à tous les niveaux post-bac, sachant que l’expertise InDesign® est devenue une valeur ajoutée quasi incontournable à ce métier. Pour obtenir un niveau bac+2, vous pouvez faire un BTS CPI (conception de produits industriels). Pour le niveau bac+3, il faut vous tourner vers un DNA (Diplôme national d’art) option design, une licence pro métiers du design ou encore un DN MADE (Diplôme des métiers d’art et du design) mention objet.

Salaire
De 1.800 euros net à 2.500 euros net par mois.

 

Le lien :  https://www.letudiant.fr/metiers/metiers—portraits-de-pros/comment-je-suis-devenu-expert-du-logiciel-indesign.html

Via@L’Etudiant.fr / Nathalie Helal / Publié le 

News

Laisser un commentaire

11 + six =