Emploi : les secteurs qui recrutent le plus de jeunes en 2019

Les métiers du commerce, de la vente et de la grande distribution sont les plus gros recruteurs de jeunes même sans qualification en 2019. // © plainpicture/Maskot/Kentaroo Tryman
Les métiers du commerce, de la vente et de la grande distribution sont les plus gros recruteurs de jeunes même sans qualification en 2019. // © plainpicture/Maskot/Kentaroo Tryman
.

Le numérique et l’informatique pour les jeunes diplômés. Le commerce ou l’hôtellerie-restauration pour les peu diplômés. Découvrez les secteurs qui embauchent le plus de 16-25 ans cette année.

Bonne nouvelle pour les jeunes actifs ! « Pour la première fois depuis dix ans, le chômage des jeunes a diminué en 2018. Selon l’INSEE, il est passé de 20,5 % fin 2017 à 18,8 % fin 2018 », observe Florence Devenne, la directrice veille et ressources au CIDJ. Le Centre d’information et de documentation de la jeunesse vient de publier sa nouvelle édition des secteurs qui recrutent.

Premier constat : l’insertion professionnelle des jeunes diplômés de l’enseignement supérieur est beaucoup plus simple que celle des non diplômés : les titulaires d’un bac+5 ne sont que 6 % à connaître le chômage. 62 % des étudiants de grandes écoles sont même recrutés avant l’obtention de leur diplôme.

Lire aussi : Université : masters, licences pro et DUT, des boucliers anti-chômage plus efficaces

Les jeunes sans diplôme sont trois fois plus nombreux à être sans emploi que ceux ayant un diplôme. Néanmoins, si vous êtes dans ce cas, ne vous découragez pas : des secteurs peuvent vous former pour acquérir des qualifications et ainsi gravir peu à peu les échelons de la vie professionnelle.

Commerce et grande distribution : champions de l’emploi des jeunes

Le commerce, la vente, la grande distribution emploient 15 % de jeunes sans diplôme. Dans ce secteur, vous pouvez être embauché comme caissier, employé libre-service ou vendeur. « Les jeunes ne le savent pas suffisamment mais des entreprises ont créé leur propre école. Et ils peuvent acquérir des certificats de qualification professionnelle », rapelle Michel Tardit, chargé de veille et coordinateur du guide du CIDJ. Dans les métiers du commerce, par le biais d’un contrat de professionnalisation, vous pouvez par exemple obtenir un CQP d’employé de commerce, de vendeur qualifié bricolage, de vendeur automobile…

La restauration a faim d’apprentis

Un quart des recrutements dans l’hôtellerie-restauration concerne les jeunes, même sans qualification. Les métiers les plus accessibles sont : aide de cuisine, employé polyvalent de restauration, serveur… Les besoins sont importants dans un secteur qui peine pourtant à trouver des candidats en alternance. Le nombre d’apprentis est en baisse depuis plusieurs années. « La restauration collective (les cantines scolaires ou d’entreprise) ne fait pas rêver. Pourtant, les entreprises embauchent 1.000 apprentis par an et ont prévu de doubler le nombre de contrats de professionnalisation », précise Michel Tardit.

Lire aussi : Découvrez le métier « gérant de restauration collective »

Les armées exigent de plus en plus de qualifications

Si vous avez envie d’engagement, tournez-vous vers les métiers de la défense : les armées accueillent toujours beaucoup de jeunes. 25.300 recrutements sont prévus en 2019, dont 15.000 pour la seule armée de Terre. Mais attention : le nombre de recrutés sans qualification est en diminution : il s’élève à moins de 20 % des embauches. « Comme les autres employeurs, les armées sélectionnent des profils de plus en plus qualifiés », prévient Michel Tardit.

Pensez aussi aux entreprises de la sécurité privée : des certificats de qualification professionnelle y sont accessibles sans diplôme préalable. Ainsi, vous pouvez par exemple devenir agent de prévention de sécurité, agent de sécurité cynophile ou encore surveillant de grands événements.

Enfin, dans le secteur public, le ministère de la Justice est en manque de surveillants pénitentiaires : 2.400 postes sont pourtant à pourvoir chaque année jusqu’en 2022. Beaucoup d’inscrits au concours ne se présentent pas.

Lire aussi : Le métier de « surveillant de l’administration pénitentiaire »

Les métiers de la propreté ne font pas le plein

Dernier secteur qui ouvre les bras aux candidats sans qualification, ni diplôme : les métiers de la propreté et de l’environnement. Ils séduisent peu ou alors en second choix. « 16.000 postes en CDI [contrat à durée indéterminée] sont à pourvoir à tous les niveaux de formation », remarque Michel Tardit. « Agent d’entretien de locaux est le métier le plus recherché en France ! ». Un bon plan dans ce secteur ? Pensez à devenir agent de stérilisation, un métier en tension : les hôpitaux ou les cliniques sont en demande, en raison du turn over des personnels et des départs en retraite. Comme une formation est exigée, vous pouvez envisager de préparer un bac pro hygiène propreté stérilisation ou encore un titre professionnel d’agent de stérilisation en métier hospitalier.

Lire aussi : Les fiches des métiers de la propreté

Numérique, informatique et télécoms : des jeunes diplômés tous azimuts

Côté secteurs qui recrutent le plus de jeunes diplômés, l’informatique et le numérique sont champions. Dans ses dernières prévisions, l’APEC (Agence pour l’emploi des cadres) estime entre 59.000 et 63.000 les recrutements de cadres en 2019, dont 60 % de jeunes de un à cinq ans d’expérience professionnelle. Quelque 17.000 embauches de cadres devraient concerner les seuls jeunes diplômés.

Ingénierie et industrie : en quête de cerveaux

Très demandés aussi : les chercheurs en entreprise. De 37.000 à 39.000 recrutements sont prévus cette année dans le secteur de l’ingénierie et la R&D. 23 % des embauches devraient concerner des débutants, 34 % des jeunes cadres avec un à cinq ans d’expérience.

Autre secteur porteur, l’industrie qui se modernise et se digitalise à vitesse grand V. Elle table sur 175.000 recrutements en 2019, dont un quart de jeunes diplômés, soit plus de 41.000 recrutements. La seule industrie mécanique embauchera près de 40.000 à 50.000 candidats par an, dont 30 à 40 % de jeunes à tous les niveaux de formation, du CAP (certificat d’aptitudes professionnelles) au titre d’ingénieur. De nombreux métiers sont en tension : ingénieur de production, chargé d’affaires industriel, technicien de maintenance…

Lire aussi Les métiers de l’audit et du conseil à la loupe

Audit et conseil : des milliers de recrutement prévus

N’oubliez pas les métiers de l’audit et du conseil, un secteur qui se porte bien et reste le numéro un pour le recrutement de diplômés à bac+5 et plus. Les géants de l’audit, le fameux « Big Four » (Deloitte, KPMG, EY et PwC) prévoient à eux seuls d’embaucher 8.000 personnes en 2019 dont la moitié de jeunes diplômés.Auditeur, expert-comptable, consultant en technologie de l’information et de la communication comptent parmi les postes les plus ouverts aux juniors. Si vous êtes diplômé bac+5 d’une école d’ingénieurs ou de commerce, d’un IAE (institut d’administration des entreprises) ou de certaines filières de l’université (M2 sciences économiques, M2 en comptabilité, contrôle et audit…), c’est le plus souvent vous qui choisirez votre employeur !

Le Lien : https://www.letudiant.fr/jobsstages/avec-ou-sans-le-bac-le-top-des-secteurs-qui-recrutent-le-plus-de-jeunes-en-2019.html

 

Via@L’Etudiant.fr /  Étienne Gless / Publié le 

News

Laisser un commentaire

2 × cinq =